Bilan lecture #1

Ces dernières semaines ont été remplies de belles lectures. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai appris, j’ai voyagé, je me suis révoltée, j’ai rêvé. Je n’ai qu’une hâte, me replongée dans un nouveau livre.

Histoire de ne pas oublier mes lectures, j’ai décidé de faire un bilan mensuel (ou presque) de mes lectures. Cela vous permettra de découvrir des livres, mais également de m’en proposer des nouveaux. J’espère que cette section favorisera les échanges.

Ce premier bilan recense mes lectures des mois de juin et juillet. Pendant ces deux mois, j’ai lu des livres très différents les uns des autres. Je n’aime pas me cantonner à un style. J’aime ressentir toutes les émotions que peuvent provoquer les livres.

Les voici dans l’ordre de lecture :

29078-01 – Mes amis les loutres de Gavin Maxwell (1973)

« Dans la baie des Aulnes, un coin perdu de la côte d’Ecosse, le major Maxwell, entre deux expéditions lointaines, mène une existence volontairement primitive, en compagnie de la seule nature. Son livre est d’abord le portrait de cet Eden minutieusement observé, merveilleux de fraîcheur et de poésie, et des animaux qui le peuplent : cerfs, chats sauvages, faons, renards de montagne, marsouins, dauphins, orques et requins.
Mais ce nouveau Robinson a besoin d’un Vendredi. C’est une loutre, nommée Mijbil, ramenée d’Iran, et que les savants ont baptisée loutre de Maxwell. Mijbil est si belle qu’elle a l’air d’un animal inventé, d’un jouet vivant. Son charme, sa drôlerie, son humeur joueuse, son intelligence étonnante, la progressive affection qu’elle montre à son maître inspirent au major une passion si vive, passion partagée par tous ceux qui connaissent de près ces charmants animaux, que Mijbil devient bientôt l’axe de sa vie. Quand Mijbil meurt, Maxwell ne parviendra pas à la remplacer. Il ne peut que lui consacrer ce livre, un des plus beaux que l’homme ait jamais dédiés à un animal. »

 Je eu ce livre par Maman Poule à une brocante. Depuis toute petite j’ai le droit à des histoires sur les animaux. Celui ci ne faisait donc pas exception. J’ai beaucoup ri à certains passages quand il décrit des anecdotes avec sa loutre. Pour les fans d’animaux, de nature, de l’écosse, n’hésitez pas à faire un tour à la campagne avec cette histoire touchante.


9782253068242-T2 – La cité des dieux sauvages de Isabel Allende (2004)

« Quand sa mère tombe malade, le jeune Alexander Cold s’engage avec sa grand-mère – une baroudeuse qui n’a pas froid aux yeux – dans une équipe du National Geographic qui se rend en Amazonie à la recherche d’une créature mystérieuse, que peu d’hommes ont vue et que les Indiens appellent « la Bête »…
Participent également à cette expédition, dirigée par un célèbre anthropologue, deux photographes, une séduisante doctoresse, un guide vénézuélien et sa fille, la merveilleuse Nadia…
Un des buts de la mission est de vacciner les Indiens, nommés les « gens de la brume ». Mais le voyage est parsemé de dangers, de découvertes aussi extraordinaires que surprenantes.
Ce roman d’aventures haletant, qui conjugue connaissances et exotisme, savoir et évasion, a été traduit et publié dans le monde entier. »

Celui-ci était offert pour l’achat de deux livres de poche. Je l’ai lu assez rapidement. J’ai trouvé l’histoire plutôt enfantine. Je n’ai pas été vraiment emballée.

3 – Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman (2014)

Je vous l’ai décrit dans un précédent post. Ce livre est un coup-de-coeur.

9782253179900-T4 – L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire ikea de Romain Puértolas (2015)

« Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye postkadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle. »

J’ai eu du mal à m’y plonger juste après « Demain est un autre jour ». Mais au fil des pages, je me suis prise au jeu et j’ai commencé à apprécié ce fakir pourtant détestable au début de l’histoire. Sans le vouloir, ce fakir ne voyage pas de façon traditionnelle. Arrivé en France dans un but égoïste, il finira par comprendre le sens de la vie et surtout de l’amour.

2pr5z6b5 – Demain j’arrête de Gilles Legardinier (2012)

« Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?
Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…
Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…« 

Ce livre, je l’ai emprunté à la bibliothèque de ma boîte parce que j’ai vu que c’était un best-seller. Mais, j’étais loin d’être convaincue. Je ne suis pas fan des comédies romantiques. Mais, je me suis donnée pour consigne, il y a bien longtemps de finir tous les livres que je commence. Je me suis accrochée et qu’est ce que j’ai eu raison ! Alors oui c’est une histoire d’amour cul cul la praline mais elle est tellement drôle ! Je pleure souvent quand je lis, mais le rire franc, c’est plutôt rare. « Demain j’arrête » me faisait rire comme une idiote dans le métro devant les gens boudeurs du lundi matin.


19110-06 – La vingt-cinquième heure de C. Virgil Gheorghiu (1949)

« La 25e heure » est l’effroyable histoire de Ioham Moritz. Paysan roumain décrété juif sur dénonciation, il est tour à tour enfermé dans un camp de travail, torturé par les Hongrois, vendu aux Allemands qui, après lui avoir fait subir les pires ignominies, le reconnaissent comme l’un des leurs et lui donnent un uniforme SS. Prisonnier des Américains, il sera traduit devant le tribunal de Nuremberg où cinquante-deux nations le déclarent criminel de guerre… Plongé dans un univers absurde où l’individu broyé par l’administration n’existe plus, où l’idée de bonheur se perd dans la nuit des temps, Ioham nous renvoie l’image d’une humanité en déroute. »

J’ai commencé ce livre il y a deux ans déjà. J’ai mis du temps à le finir pour deux raisons. La première, il fait 502 pages et la deuxième, c’est que ce sont 502 pages d’injustice. Il parait que cette histoire est vraie. Je n’ai pas trouvé de source sûre pour l’affirmer. Mais si c’est le cas, soyons heureux d’avoir nos vies. Cette homme a été balloté pendant 13 ans de camps en camps toujours ce qu’il n’était pas. J’ai dit que j’avais décidé de finir les livres que je commençais alors je me suis forcée et puis je voulais savoir si la fin était bien. Je ne sais pas trop finalement. Je ne comprends pas bien comment ce livre se termine. Mais je suis contente d’avoir été jusqu’au bout. Au moins, si cette histoire est vraie, je la connais. Ce livre faisait partie d’une grande sélection de bouquins dans lesquels je cherchais des réponses à une époque, tout comme « L’élue » de Maxence Van der Meersch.

la-bicyclette-bleue,-tome-2---101,-avenue-henri-martin-115355-250-4007 – 101 avenue Henri Martin de Regine Deforges (1987)

« En cet automne 1942, le domaine de Montillac a bien changé. La vie est dure. Le bonheur a fait place aux deuils, l’insouciance aux privations. Au plus noir de l’Occupation, Léa Delmas va découvrir la délation, la lâcheté, la collaboration. Ses proches vont subir les tortures, d’autres trahir. Elle va choisir farouchement le camp de la liberté : la Résistance.
Au mépris de tout danger, dans le Paris des faux plaisirs et des vraies horreurs, elle va s’opposer à l’occupant et tenter de sauver ceux qu’elle aime… Seuls, son appétit de vivre, sa jeunesse, sa fougueuse sensualité lui permettront de tenir tête…« 

Ce roman est le second de la trilogie de Regine Deforges dont le premier est « La bicyclette bleue ». J’ai lu le premier tome, il y a un moment également. Le fait de terminer « La vingt cinquième heure » m’a poussé à poursuivre cette série qui se déroule également pendant la guerre. Ce livre aussi me révolte quand j’apprends tous les sévices infligés aux résistants pour les faire parler. Mais, il ne faut pas se voiler la face et garder ses événements en mémoire. Je viens d’acheter le 3e tome « Le diable en rit encore ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *