Demain est un autre jour

Demain est un autre jour est le titre d’un livre que je viens de terminer. Premier roman de Lodi Nelson Spielman. Je l’ai juste adoré. Il fait partie du phénomène Life List. On a tous des rêves, mais les réalise t’on vraiment ?

Au moment de choisir un bouquin (de préférence de poche), c’est le titre et la couverture qui me pousse à lire le résumé ou non. Etant très attachée au bien-être intérieur et à l’optimisme au quotidien, quand j’ai lu le titre : « Demain est un autre jour« , je me suis dit que ça allait me plaire. Car oui, quand on passe une mauvaise journée, il faut se dire que demain sera différent. Mais, il sera différent seulement si on décide qu’il en soit ainsi, si on décide de faire face et de faire mieux que la veille. En revanche, ce n’est pas toujours évident. Certaines choses nous bloquent pour avancer. On a des craintes, peur de mal faire (satané côté perfectionniste), peur de décevoir des gens. Et puis, on se laisse happer par la routine du quotidien. Et c’est à ce moment que nos rêves, griffonnés sur une feuille de papier il y a dix ans de cela, nous paraissent si éloignés de ce que nous sommes devenus. Pourtant, même si notre caractère se révèle au fil des ans, je ne pense pas que nos rêves changent.

C’est autour de ce thème que ce livre m’a emporté. La première ligne du résumé est une question : « Qu’avez-vous fait de vos rêves de jeunesse ?« . Evidemment, je n’ai pas 90 ans mais la question me turlupine maintenant. Car, oui j’avais des rêves de jeunesse, que j’ai toujours d’ailleurs. Seulement quand on grandit, on s’aperçoit que c’est souvent plus compliqué que prévu. Il y a de nombreux obstacles à franchir. Mais c’est bien pour ça que ça s’appelle des rêves, non ?

Voici donc le résumé éditeur : « A la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list… Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque, et ses rêves d’adultes sont bien différents.
Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Cela fait longtemps qu’elle y a renoncé, et de toute façon Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que… »

Alors, au premier abord, l’histoire peut sembler superficielle dès que l’on parle de l’empire cosmétique familial (style les feux de l’amour). Pourtant, ce livre est un réel coup de fouet au moral, on rit, on pleure (oui je peux pleurer en lisant un bouquin, souvent même !) mais en aucun cas on ne s’ennuie. Je ne voulais plus le lâcher. Je suis triste de l’avoir déjà terminé. Je me console avec la sortie (mai 2015) du nouveau roman de Lodi Nelson Spielman : « Un doux pardon ».

En conclusion, ce livre est plein d’humanité, d’humilité et de bon sens. Et si, on était comme Brett ? Perdus dans notre confort du quotidien, en oubliant ce qui a réellement de l’importance ? C’est le moment d’y mettre un terme !

Pour moi, ce livre est du bonheur à l’état brut. Il serait dommage de s’en priver.PP_spring_heart-mint

2 commentaires

  1. delphine a dit:

    Merci beaucoup pour la découverte de ce livre, j’ai adoré et je l’ai dévoré du début à la fin 🙂

    21 septembre 2015
    Répondre
    • poussin a dit:

      Je suis contente que tu l’aies également apprécié. C’est vraiment mon coup de coeur de l’année pour l’instant. Je vais faire un bilan de mes dernières lectures fin de semaine.

      28 septembre 2015
      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *