Fleur de Neige

Aujourd’hui, je vous emmène en Chine au XIXe siècle avec « Fleur de Neige » de Lisa See. Un roman sur les traditions douloureuses de l’époque pour les femmes. 

Depuis que j’ai lu des livres de Pearl Buck (grâce à maman poule), je suis attirée par les histoires se déroulant en Chine. J’aime cet univers calfeutré, poli et poétique. Néanmoins, avec le livre de Lisa See, j’ai découvert la chine du XIXe siècle pleine de traditions très protocolaires envers les femmes laissant peu de place à la poésie et à l’amour.

Untitled-1

A travers ce roman, nous suivons donc le destin de deux jeunes filles issues de milieux différents. L’une est riche, l’autre est pauvre. Elles sont liées par une entremetteuse comme laotong, concept par lequel deux personnes de même sexe sont associées dès l’enfance (avec un contrat signé) pour former un lien d’amitié et de soutien qui devrait durer toute une vie. Néanmoins, la vie en décide autrement. Le revers de fortune que connaissent les deux protagonistes va bouleverser leur destiné et leur amitié fusionnelle.

Ce qu’il est intéressant de découvrir dans ce livre est la succession des étapes de la vie d’une femme à l’époque. Finalement, leur liberté ne dure que 6 ans en moyenne, âge à partir duquel leurs pieds sont bandés. J’en avais entendu parler mais savais finalement peu de choses sur le processus. Un chapitre le détaille. Et, c’est particulièrement horrible. Je n’imagine pas la douleur qu’elles pouvaient ressentir. J’ai été voir des photos sur internet pour me faire une idée de la forme « finale » de ces pieds bandés. Heureusement que ce calvaire a été interdit. Après le bandage des pieds (2 ans pour la mise en forme puis un entretien quotidien ensuite), leur vie n’est donc qu’une succession de phases d’apprentissage et de préparation pour leur future vie de femme mariée. Elles iront vivre dans leur belle famille chez laquelle elles ne pourront espérer être considérées un tant soi peu que si elles mettent rapidement des fils au monde.

Que l’on soit riche ou pauvre, empereur ou esclave, le cercle domestique est l’attribut des femmes et la sphère extérieure l’apanage des hommes. Les femmes ne doivent pas quitter les pièces intérieures, fût-ce par la pensée. Deux idéaux confucéens régissent notre existence. Le premier est celui de la Triple Obéissance : « En tant que fille, obéis à ton père ; en tant qu’épouse, obéis à ton mari ; en tant que veuve, obéis à ton fils ». Le second est celui des Quatre Vertus, qui détermine le comportement, la manière de parler, la gestuelle et les travaux des femmes : « Faire preuve d’humilité et de chasteté, de calme et de pondération dans son comportement ; d’un ton mesuré et néanmoins plaisant dans ses paroles ; être gracieuse et retenue dans ses gestes ; d’une maitrise accomplie, pour ce qui concerne la couture et la broderie. » Si les jeunes filles suivent scrupuleusement ces principes, elles ne peuvent manquer de devenir des épouses vertueuses. Les pieds bandés – p.35

La petitesse de mes pieds témoignerait aux yeux du monde de l’obéissance dont j’avais fait preuve à l’égard de ma famille, et notamment de ma mère, ce qui ne manquerait pas d’impressionner favorablement ma future belle-mère. Les pieds bandés – p.52

Je vous invite vraiment à lire ce livre pour en savoir plus sur la condition des femmes à l’époque. Je ne suis pas au courant des traditions perdurant aujourd’hui dans certains villages mais celle des pieds bandés a été interdite en 1912 (bien qu’elle ait été perpétuée dans les zones rurales jusqu’en 1949 environ).

Ce livre ouvre également les yeux sur la condition des femmes dans le reste du monde. Chaque pays a sa culture et ses pratiques mais certaines se perdurent dans la douleur pour les femmes. Il est important de garder en tête que nous avons de la chance d’être nées dans un pays ou les femmes ont des droits.

Untitled-3

Jo_Farrell_006La photographe Jo Farrell a passé ces huit dernières années à photographier quelques-unes des dernières femmes de Chine à avoir eu les pieds bandés. La majorité d’entre elles ont aujourd’hui entre 80 et 100 ans et sont majoritairement issues des provinces du Shandong et du Yunnan. Vous pouvez retrouver son portfolio ici et voici l’une de ses vidéos (en anglais) à la rencontre de ces femmes.

Photo d’une femme aux pieds bandés nommée Yange-Jinge.

 

Untitled-4

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *